Menu Fermer

Steve Jobs – Walter Isaacson

Steve Jobs - Walter Isaacson

Seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu’ils peuvent changer le monde y parviennent.

Publicité Apple “Think Different”

J’ai choisi pour le troisième livre de mon défi «12 biographies en 12 mois » de m’intéresser de plus près à l’histoire de Steve Jobs. Je souhaitais, à travers cette biographie, découvrir l’homme derrière Apple. L’Apple 2, le Macintosh, l’iPod, l’iPhone, l’iPad, des produits qui, depuis quatre décennies, sont omniprésents dans notre société.

Steve Jobs, entre les mains de Walter Isaacson

La biographie que nous livre Walter Isaacson est époustouflante. Nous découvrons toutes les facettes du fondateur d’Apple. De la pire à la meilleure. Sa vie nous est décrite si bien, que nous avons parfois l’impression de connaître intimement le personnage. Steve Jobs était aussi admirable que détestable, ce que l’auteur fait transparaître avec succès à travers le récit de son parcours unique.

Fait remarquable, Steve Jobs avait lui-même demandé à Walter Isaacson d’écrire ce livre. Ceci afin que ses enfants en apprennent davantage, sur sa vie, sur ce qu’il était et avait accompli. Il avait également accepté de ne pas exercer de contrôle sur le contenu. Aucune relecture ne serait faite de sa part avant la publication. Il n’a malheureusement jamais pu le lire, son décès le 5 octobre 2011 est survenu avant la sortie du livre le 24 octobre 2011.

[…] Quand je suis tombé malade, j’ai compris que d’autres gens allaient écrire des livres sur moi à ma mort, des gens qui ne sauraient rien de moi. Et qui écriraient n’importe quoi. Alors j’ai voulu m’assurer que quelqu’un entendrait ce que j’avais à dire.

Steve Jobs à Walter Isaacson, deux ans après le début de l’écriture du livre et un peu avant sa mort. extrait de « Steve Jobs »

Le pavillon noir

1983, Cupertino, un vent de piraterie souffle sur Apple. Un pavillon noir flotte au-dessus de la jeune société . Ce drapeau muni d’une tête-de-mort représente la liberté. Le refus d’obéir à toute forme d’autorité. Il est alors le symbole d’une division au sein même de l’entreprise. Sous cet emblème, le capitaine Steve Jobs navigue sur les mers de la micro-informatique avec son équipage, l’équipe Macintosh. Ayant vu les mérites du succès de l’Apple 2 attribué en grande partie à son co-fondateur Steve Wozniak, Steve Jobs voit dans le Macintosh l’opportunité d’être glorifié. Lui et son équipage ont fait la découverte, au XEROX PARC, d’un trésor que beaucoup convoitent sans le savoir. L’interface graphique.

Nous étions des renégats et nous voulions que tout le monde le sache !

Steve Jobs. Extrait de “Steve Jobs

Steve Jobs, un homme imparfait

Steve Jobs était loin d’être un homme parfait. Il était même très imparfait. Il n’était pas du genre à affronter tous les problèmes. Lorsque ses problèmes de santé ont commencé, il n’avait pas pris en considération les signaux d’alerte que lui envoyaient son médecin et son entourage. Il avait tenté de résoudre cela par l’un de ses régimes extrêmes dont il avait le secret, en vain. Quand il avait enfin accepté de subir l’ablation de son pancréas, il était déjà trop tard. Les dégâts sur son corps étaient importants.

Feindre d’ignorer certains problèmes l’avait également poussé à ne pas reconnaître sa propre fille biologique. Étonnant quand on sait qu’il avait lui-même été abandonné à la naissance et confié à l’adoption.

Steve Jobs était tyrannique et très perfectionniste. Il avait également un ego hors norme. Par exemple, au début d’Apple, il avait protesté, car on lui avait attribué le badge numéro deux, ce qui était inacceptable. Il lui fallait avoir le numéro un.

“Steve débarquait dans le bureau, jetait un coup d’œil à ce que j’avais fait, et me disait que c’était merdique, sans même savoir de quoi il s’agissait et pourquoi je l’avait fait.”

Randy Wiggington, jeune programmeur sur l’Apple 2. Extrait de “Steve Jobs”

Steve Jobs, la perfection dans l’imperfection

Il y a, à mon avis, beaucoup à apprendre des imperfections de Steve Jobs. Il agissait comme si les lois ne s’appliquaient pas à lui et s’appropriait les idées des ingénieurs et designers. Steve Jobs est l’incarnation de la perfection dans l’imperfection. J’ai sélectionné parmi ses habitudes, quatre de celles qui ont fait la différence.

Les 4 grandes habitudes de Steve Jobs

Habitude #1 Au delà de l’horizon

La perspective à long terme en est venue à jouer un plus grand rôle que les antécédents familiaux, l’instruction, la race, l’intelligence, les relations et virtuellement tout autre facteur, dans la réussite personnelle et professionnelle.

Bryan Tracy. Extrait du livre “Avalez le crapaud”

Si Apple est une entreprise incomparable, c’est en partie dû à la vision futuriste que Steve Jobs lui a insufflée. La société à la pomme dispose grâce à lui d’une culture d’entreprise comme nulle part ailleurs.

Steve jobs c’était habitué à voir sur le long terme. Avant même la création de certains des produits Apple, il avait imaginé le « foyer numérique » tel que nous le connaissons aujourd’hui. Sa faculté à voir toujours plus loin l’avait amené à réfléchir au iPad 2 avant la mise en vente du iPad.

Comme si vous alliez vivre très longtemps

Les nombreux soucis de santé de Steve Jobs rappellent combien la vie est éphémère. Pourtant, cela ne l’avait pas empêché de continuer à se projeter dans le futur et à planifier de nouveaux projets. Dans sa situation, il serait facile de baisser les bras. Pour ne pas tomber dans cet écueil, Steve Jobs se forçait à planifier son avenir comme s’il allait vivre longtemps.

[…] On ne fait plus de projet au-delà d’une année, et c’est dommage. Je me force donc à faire des plans d’avenir comme si j’allais vivre très longtemps.

Steve Jobs à Walter Isaacson. Extrait de “Steve Jobs

S’adapter au changement

Il n’était pas un inventeur au sens propre du terme. Beaucoup des créations qu’Apple a lancées existaient déjà ou étaient en phase de développement chez d’autres fabricants. En revanche, Steve Jobs était capable de voir leur réel potentiel, d’en faire des objets uniques et de les rendre accessibles à tous. Même quand Apple manquait le coche ou était pris de vitesse par la concurrence, il trouvait toujours un moyen de s’adapter au changement.

Avec la disruption des appareils photo numériques par les téléphones portables équipés d’appareil photo, Steve Jobs sentait venir l’heure du changement et par la même occasion le danger pour sa propre société. En 2005 bien que Apple était au sommet, Jobs craignait que sa gamme iPod finisse comme ces appareils photo numériques. Si les fabricants de téléphones portables équipaient leur portable de mp3, cela serait catastrophique.

Parions la dessus et trouvons un moyen de le fabriquer

Steve Jobs à l’équipe travaillant sur l’écran tactile du iPhone. Extrait de “Steve Jobs

Adopter le changement, ou plutôt l’initié fut la seule option de Steve Jobs. À la sortie du iPhone, ce dernier s’appropria 50 % du marché du mobile. En outre, cette prise de conscience à permis à Steve jobs et Apple de se réorienté a temps. Notons que, en 2019, le iPhone place Apple au troisième rang du secteur de la téléphonie mobile.

Habitude #2 Allez donc faire un tour

Quand un problème délicat ou une situation exigeant d’importantes décisions à prendre se présentait, Steve Jobs avait une habitude bien à lui. Faire une longue marche. Au lieu de rester assis derrière son bureau ou à se taper la tête contre les murs, il sortait prendre l’air. Cela lui permettait de réfléchir au dilemme de manière plus détendue. Il avait ainsi les idées plus claires sur ce qu’il devait faire.

Dans « comment changer une habitude ? », je vous conseillais d’appliquer cette technique. Lorsque vous êtes à la recherche de « POURQUOI » vous souhaité un changement dans vos habitudes, un peu de marche suffit. C’est une excellente habitude pour retrouver votre sérénité et par la même occasion votre santé. 😉

Habitude #3 Persuadez vous d’abord

Fake it until you make it !

Steve Jobs était doté d’une grande force de persuasion. Son secret ? Faire comme s’il savait ce qu’il faisait. Une technique qui lui avait été transmise par Nolan Buschnell fondateur d’Atari. Donner l’impression de savoir ce que l’on fait incite les gens à nous suivre et, par la même occasion, vous pousse à en faire une réalité. Tout est dans l’attitude. Comportez-vous comme si vous alliez réussir dans le domaine de votre choix. La réalité finira par rattraper votre fiction. Ses collaborateurs avaient même appelé cela, le champ de distorsion de la réalité.

[…] C’est ce que je dit tout le temps: si l’on feint de savoir ce que l’on fait, les gens vous suivent !

Nolan Buschnell Fondateur d’Atari, un modèle pour Steve Jobs. Extrait de “Steve Jobs

Habitude #4 Supprimer le superflue

Les produits Apple, on aime ou l’on n’aime pas. Toutefois, il faut reconnaître une chose, leur esthétique minimaliste et leur simplicité d’utilisation sont uniques. En dehors de mon MacBook pro, que j’utilise pour composer ma musique, je n’utilise pas d’autre produit Apple. Le prix élevé de ces derniers y est pour beaucoup. Cependant, je ne peux pas leur enlever leur savoir-faire.

Steve Jobs savait se concentrer sur l’essentiel. Lors de son grand retour chez Apple, il avait immédiatement mis à exécution ce principe. Il n’avait pas perdu de temps en supprimant 70 % des modèles Macintosh existant. En outre, il fallait repartir de zéro. Se concentrer sur un petit nombre de produit.

Cette méthode, aussi radicale soit-elle, permet de repartir sur de bonnes bases. Cela permet également de se réinventer. Je pense qu’il est nécessaire dans la vie quotidienne et professionnelle de faire un grand nettoyage et de ne se concentrer que sur les quelques choses qui ont un réel impact sur la vie. Changer ses habitudes et un excellent moyen de se reconstruire, de repartir d’une feuille blanche.😉

Ah…encore une petite chose…

La meilleure moyen de prédire l’avenir, c’est de l’inventer !

Steve Jobs. Extrait de “Steve Jobs”

L’histoire de Steve Jobs nous fait prendre conscience de ce que devrait être notre rapport au travail. La grande majorité d’entre nous passons la majeure partie de notre vie à travailler pour subvenir à nos besoins et économiser pour nos vieux jours. Chez Steve Jobs, la retraite n’était pas inscrite dans son vocabulaire.

La notion de week-end et de vacances n’avait pas l’air d’exister chez lui et comme chez beaucoup d’autres. Cela est peut-être dû au fait qu’ils n’assimilent pas ce qu’ils font à du travail au sens ou nous le connaissons. Ils voient avant tout cela comme une mission de vie. Ils font ce qu’ils aiment et le font intensément.

Cette intensité pousse des entrepreneurs comme Elon Musk, par exemple, à disrupter l’industrie automobile avec Tesla. Le fils de Steve Jobs, Reed Jobs, avait expliqué à Walter Isaacson que cela venait de son amour du travail et de la fierté qu’il éprouvait pour ses réalisations.

Quelque chose qui compte

Finalement, n’est-ce pas le plus important ? Combien parmi nous font un travail qui ne leur plaît pas, sans aucune perspective d’avenir, en attendant avec impatience le week-end ? Beaucoup trop selon moi. Le sentiment de faire quelque chose qui compte devrait être une préoccupation plus grande.

Il n’est pas nécessaire de créer un Apple, un Facebook ou un Amazon pour que cela compte. J’ai lancé ce blog dans l’espoir d’aider ceux qui veulent changer et leur apporter un maximum de valeurs. Cela ne fera pas de moi le prochain Steve Jobs, mais j’aurais la satisfaction d’avoir mis en place quelque chose qui compte à mes yeux. Cette perspective me permet d’accorder du temps à l’écriture de mes articles sans tenir compte du Week-end, de la semaine et des vacance.🙂

Conclusion

Merci d’avoir pris le temps de me lire. Pour conclure cet article, je souhaite vous inviter à partager en commentaire les actions qui comptent et que vous allez mettre en place dès à présent.😉

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

4 Comments

  1. Sophie ROBERT

    Super article, merci !!!

    J’ai beaucoup aimé la façon dont tu l’as rédigé, et particulièrement ta conclusion😉.
    je suis absolument d’accord, la priorité de tous devrait être de vivre d’un métier que l’on aime, de mourir sans regret, et c’est exactement ce que je m’attache à faire chaque jour.

    Le principe que j’ai préféré c’est “Persuadez vous d’abord”, nous sommes tellement dans un monde de jugement que nous finissons par douter de nous, or les gens autours de nous ont souvent tord car ils ne voient qu’une infime partie de notre réalité, ils ne savent pas ce que nous avons en tête, ni les connaissances que nous pouvons avoir, nos stratégies…

    Mais juger permet de se rendre important !
    Le problème, c’est que c’est comme un poison qui s’immisce dans nos propres pensés et qui nous crée le doute.

    Alors, n’écoutons personne d’autre que nous, nous seul avons les informations nécessaires qui nous permettent de savoir pourquoi croire en nous.
    Nous ne nous le disons jamais assez : “arrêtons d’écouter les autres, seul notre coeur sait ce qu’il a à faire !”
    Voilà, une petite piqûre de rappel qui va égayer ma journée, merci Adelin et merci Steve Jobs 😊😘

    • Habitudes de réussite

      Merci Sophie, je n’aurais pas mieux résumé ce que tu viens de dire. À trop écouter le monde extérieur, nous n’agissons plus par rapport à nos principes, nos convictions et nos envies et c’est bien dommage. Il faut savoir se recentrer sur soi et Steve Jobs l’avait parfaitement compris. Un peu d’égoïsme ne fait pas de mal si c’est pour notre bien-être.😉

  2. Jung

    Je suis un passionné de la vie de Steve Jobs. Son parcours est tellement inspirant. Sa personnalité. Merci à toi et bravo pour avoir su faire ressortir les grands traits de sa personnalité, les grandes lignes de son histoire.

    • Habitudes de réussite

      Merci Jung, ton commentaire me fait plaisir, il y’a tant de choses à raconter sur lui que ce n’est pas évident de sélectionner les éléments clés. Steve Jobs est fascinant, il vivait sa passion intensément et c’est ce que j’ai admiré chez lui en lisant cette biographie. Malgré tout ses défauts, son parcours nous offre beaucoup de leçons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *