Menu Fermer

KOBE BRYANT SHOWBOAT

Kobe Bryant Showboat

Que seriez-vous prêt ou prête à faire pour vivre de votre passion et entrer dans la légende ? Quels sacrifices seriez-vous capable de concéder ? Y laisseriez-vous votre vie de famille, votre vie sociale ou encore votre forme physique ? Enfin, à quel point avez confiance en vous pour atteindre cet objectif ?

Habitudes de réussite

KOBE BRYANT – SHOWBOAT

Dans ce nouvel article de mon défi « 12 biographies en 12 mois », nous allons aborder ces questions avec la biographie définitive du basketteur Kobe Bryant. Je vous avais promis que les entrepreneurs ne seraient pas les seuls à l’honneur dans ce défi.😉

Cette première exception nous est offerte par le journaliste sportif et auteur Roland Lazenby. À travers 590 pages, Lazenby nous fait découvrir le parcours unique d’un « Patron » du basketball américain. Pour cet ouvrage, il lui aura fallu retranscrire quatre cents heures d’interviews effectuées par ses soins ou par d’autres journalistes de la NBA, de Philadelphie et de Los Angeles. Nous ressentons tout au long de notre lecture, l’intensité mise dans ces recherches. À tel point que nous avons l’impression que Roland Lazenby était présent tout au long de l’ascension de Kobe Bryant. N’omettant aucun moment clé, KOBE BRYANT-SHOWBOAT et une réussite.

KOBE BRYANT-SHOWBOAT retrace l’histoire hors du commun d’un enfant atteint d’une passion dévorante pour le basketball. Tel un virus, détruisant une à une les défenses du système immunitaire, cette passion le portera jusqu’aux portes de la gloire en ravageant tout sur son passage.

Kobe Bean Bryant

Nous sommes en 1996, les quotidiens sportifs, les journaux télévisés et les fans de basketball à travers les États-Unis n’ont qu’un seul nom en bouche, Kobe Bryant. Il est au cœur de tous les débats. Proche du scandale, ce débat est d’autant plus surprenant, car il porte exclusivement sur un adolescent de 17 ans. La cause ? Kobe Bryant vient d’annoncer qu’il ferait l’impasse sur l’université pour se présenter à la draft de la NBA et ainsi passer professionnel.

À cette époque, devenir professionnel au sortir du lycée ne se fait pas. La star du lycée de Lower Merion est l’un des rares audacieux à tenter sa chance. Cet événement changera la donne pour tous les futurs recrutements en NBA. En 2003, Lebron James ferait exactement la même chose.

J’ai pris la décision de sauter l’université et d’exercer mes talents en NBA […].

Kobe Bryant le 29 avril 1996. Extrait de Kobe Bryant – Showboat

Kobe Bryant, dans la légende

En 2016, 20 ans après cette annonce, Kobe Bean Bryant tire sa révérence en inscrivant son nom dans la légende du basketball et chez les Lakers. Il est désormais, au côté de Kareem Abdul-Jabbar, de Magic Johnson ou encore de Jerry West, un héros de la franchise californienne. Son dernier match attirera d’ailleurs pas moins de 110 millions de téléspectateurs en Chine.

Quand le spectacle est terminé et que la musique s’arrête, le voyage est merveilleux quand quelqu’un le partage avec vous. Merci à tous pour votre soutien et vos prières.

Kobe Bryant. Extrait de Kobe Bryant – Showboat

Kobe Bryant, 20 ans de prouesses

20 ans de basketball professionnel avec Kobe Bryant c’est :

  • Cinq titres de champion NBA (2000, 2001, 2002, 2009, 2010).
  • Deux médailles d’or aux Jeux olympiques (2008 et 2012).
  • Une médaille d’or au championnat des Amériques (2007).

Kobe Bryant, l’ascension d’un solitaire

Ces titres sont gagnés collectivement, mais il faut savoir que si Kobe est admiré, c’est aussi pour ses performances individuelles. Il faut savoir qu’aux États-Unis les statistiques et les records dans le sport sont pris très au sérieux. Le basketball ne fait pas exception. Tout y passe, les rebonds, les interceptions, les passes, les lancers francs, les shoots à mi-distance et longue distance, les moyennes de points par match,etc.

Tous ces paramètres sont scrutés et peuvent servir ou desservir un joueur. Par exemple, Shaquill O’Neal était celui sur qui les équipes adverses aimaient faire le plus de fautes. Cette tactique appelée aussi « Hack-a-Shaq » consistait à provoquer volontairement les fautes sur l’ancien Big Man des Lakers pour la simple et bonne raison que ce dernier avait un très faible taux de réussite au lancer franc.

Kobe Bryant Showboat
Les récompenses de Kobe Bryant sont nombreuses, cette infographie donne un aperçu de son palmarès. Pour en savoir davantage, je vous invite à regarder ici.

Les 5 Habitudes de Kobe Bryant

Habitude #1 chercher plus fort que soi

Il y a 3 règles à mettre en place lorsque l’on veut apprendre et progresser constamment.

  • Apprendre de quelqu’un de plus fort que nous
  • Se mesurer à quelqu’un du même niveau que nous
  • Enseigner à quelqu’un de moins fort que nous

Kobe Bryant a acquis très tôt l’habitude de se mesurer à plus fort que lui. Cela a beaucoup contribué à le faire progresser. Son père était bien sûr son premier adversaire, mais plus il grandissait, plus il en cherchait de nouveaux. Les matchs de la Sonny Hill League ou encore ceux de l’AAU (Amateur Athletic Union) étaient de bonnes occasions pour cela.

J’adore jouer quand il y a une forte compétition. […] C’est comme ça que vous progressez. Je savais qu’en jouant à Lower Merion j’allais jouer contre les meilleurs de la banlieue. Je savais que la Sonny Hill League me donnerait la possibilité de rencontrer les meilleurs joueurs de la ville. L’ABCD All-America Camp m’a mis face aux meilleurs joueurs du pays.

Kobe Bryant. Extrait de Kobe Bryant – Showboat

Habitude #2 travailler encore et encore

Travailler est avant tout une habitude. Je parle bien sur du travail destiné à améliorer ses compétences. L’investissement de Kobe Bryant, sur et hors du terrain, avant, pendant et après l’entraînement était titanesque. C’était un travailleur acharné, et ce depuis l’enfance.

En Italie, il avait développé ce qu’il appelait ses matches de « basket-ombre ». Il s’imaginait faire des un contre un avec son ombre et exécutait ses feintes et ses shoots comme dans un vrai match. Les spectateurs qui assistaient aux matchs de son père pouvaient parfois en avoir un aperçu lors des mi-temps. Cela nécessitait une grande imagination et une visualisation impeccable. Des qualités nées et développées grâce à l’habitude #3.

Donner le ton

Bien qu’ayant gagné 5 titres de champion avec les Lakers, Kobe Bryant n’a jamais relâché ses efforts à l’entraînement. Lorsqu’il a rejoint la Team USA en 2007, nombreux ont été les témoins de son implication dans le travail. Il fut celui qui donnait le ton. Alors que les joueurs se présentaient à l’entraînement, lui travaillait déjà depuis des heures.

 […] Kobe était un travailleur infatigable et il avait la passion de l’entraînement. On parle là de choses que Michael et Kobe avaient en commun, ils adoraient l’entraînement, le travail, les exercices. 

Chip Shaefer, ancien adjoint de Phil Jackson. Extrait de Kobe Bryant – Showboat

Habitude #3 analyser et visualiser

Pour mettre au point une visualisation parfaite lors de ses séances de «basket-ombre », Kobe Bryant avait une technique bien précise. Les analyses de matchs NBA en vidéo.

En temps normal, ces séances d’analyses de vidéo sont réservées aux coachs afin d’étudier les précédents matchs de leur équipe. Ils les utilisent également pour identifier le style de jeux des adversaires dans le but de développer un plan de jeux. Il ne s’agit pas seulement de courir balle en main et de mettre des paniers, c’est avant tout une question de stratégie. Comment placer les joueurs, quel type de défenses utiliser, etc. Les joueurs ne sont d’ordinaire pas concernés par ce genre de travail, mais ce ne fut pas le cas de Bryant.

Ces exercices d’analyses de vidéo, devenu une habitude, lui sont venus naturellement pour 3 raisons.

  • La passion (encore et toujours elle). Elle était si dévorante, qu’il se cassa le poignet quelque temps avant ses débuts avec les Lakers.
  • Le fait que les matchs de NBA soient diffusés tard le soir en Italie.
  • Enfin, il avait acquis une autre habitude. Celle de chercher constamment à s’améliorer.

Comme il ne pouvait pas visionner les matchs à la télé, Kobe Bryant utilisait les cassettes vidéo que son grand-père enregistrait et lui envoyait de Philadelphie.

On ne peut apprendre qu’en observant.

Kobe Bryant. Extrait de Kobe Bryant – Showboat.

Habitude # 4 copier, expérimenter, voler

Durant ses longues heures de visionnage, notamment avec son père, il passait en boucle certaines séquences afin d’analyser les techniques de grands joueurs. Une fois mémorisées, il allait reproduire ces « moves » dans le jardin jusqu’à se les approprier. De Magic Johnson à Michael Jordan en passant par Larry Bird, tous y passaient. Lors son entrée en NBA, à seulement 17 ans, Kobe disposait d’une large palette de techniques.

Les bons artistes copient, les grands artistes volent.

Pablo Picasso

Tout au long de sa carrière, Kobe Bryant fut perçu comme un copieur. Jordan lui-même reconnaîtrait que Bryant avait « volé » tous ses moves. Si les fans de basket et les observateurs utilisent ses arguments pour discréditer le talent de Kobe, c’est selon moi tout ce qui faisait sa force.

La faculté numéro un que nous développons en tant qu’être humain n’est autre que la capacité à copier notre environnement. Cela nous suit durant toute notre existence. Kobe Bryant a su rendre cela conscient afin d’en tirer profit et s’élever parmi les grands du basketball.

À ce petit jeu, Bryant a « fait le boulot ».

Michael Jordan. Extrait de Kobe Bryant – Showboat

Prenez l’habitude de copier et petit à petit vous pourrez créer par vous même.

Habitude #5 garder le cap, quoi qu’il arrive !

Kobe Bryant, envers et contre tous

Peu de temps après avoir annoncé faire l’impasse sur l’université pour intégrer la NBA, Kobe Bryant du faire face aux nombreuses critiques négatives.

Nombreux sont ceux qui prédisent sa chute à ce moment. Le basket de cette époque était plus physique. Plus agressif. Les fautes étaient sifflées moins facilement et surtout, Michael Jordan trônait en roi absolu sur toute la league. Surtout, beaucoup voyaient dans cette annonce, de l’arrogance de la part de Kobe Bryant.

De plus, Jordan avait acquis une certaine maturité en allant à l’université. Kobe en sautant cette étape risquait de nuire à son propre développement. Cela allait également jouer un rôle dans sa position à la draft (sélection). Il a été très sous-estimé du fait de son manque d’expérience et de son jeune âge. Il sera tout de même drafté au Lakers de Los Angeles en 1996.

Essayez, échouez, recommencez

Échouer est une chose, recommencer en est une autre. En demi-finale de la conférence ouest, lors des playoffs de 1997, les Lakers ont vu leur saison stoppée net par les Utah Jazz.
Lors de ce cinquième match, Kobe Bryant clôturant son année rookie (débutant) s’était vu offrir l’occasion de mener son équipe en finale de conférence. Shaquill O’Neal alors superstar des Lakers, avait été sorti pour six fautes. Sur décision du coach, Kobe avait la lourde tâche de mener son équipe à la victoire. Et par la même occasion, de rapprocher un peu plus les Lakers du titre de champion NBA.

Qu’ils aillent se faire foutre […]. Personne d’autre ne voulait les prendre, ces tirs.

Kobe Bryant à Sonny Vaccaro. Extrait de Kobe Bryant – Showboat

Comme vous vous en doutez, Kobe n’avait pas été à la hauteur des attentes de son coach, de ses coéquipiers ou encore des fans. Il avait manqué non pas un, mais 4 tirs décisifs. Ces 4 airballs, des tirs difficiles, avaient fait la joie de ces détracteurs qui désormais le pointaient du doigt.

Cela avait été une gifle retentissante pour l’adolescent de 18 ans. Il aurait pu refuser de tenter à nouveau sa chance au premier échec, ou tenter des tirs moins risqués, mais il avait pris le risque de les prendre, peu importe le résultat. Essayez, échouez, recommencez !

Vous devez mettre ces choses-là derrière vous. […] Quand c’est l’été et que vous êtes un peu fatigué, un peu déprimé, que vous êtes mal et que vous n’avez pas envie de vous entraîner, vous le ressortez de votre mémoire et vous vous rappelez la situation. Avec un peu de chance, ça peut me redonner un peu d’énergie.

Kobe Bryant aux journalistes peu après la fin du match . Extrait de Kobe Bryant – Showboat

Au bord du gouffre

S’il y a bien un événement qui aurait pu réduire à néant toute la vie de Kobe Bryant, c’est bien l’accusation d’agression sexuelle dont il a fait l’objet. Ce genre d’accusation a vu des athlètes et de nombreuses stars chuter de leur piédestal et finir cloués au pilori. Pour survivre à ce genre de scandale, il faut un mental d’acier et une détermination à toute épreuve.

Deux qualités qui permettront à Kobe Bryant de survivre à quatre ans de procès. Quatre longues années durant lesquelles sa vie de famille sera mise à rude épreuve, ou les sponsors prendront leurs distances avec lui. Une période où, les ventes des produits à son image dégringoleront et où l’opinion publique sera également contre lui. Même s’il a été acquitté, il lui fallut énormément travailler pour retrouver grâce aux yeux du public et de ses coéquipiers.

Adieu Showboat, Bonjour Black Mamba

Comment y est-il parvenu ? En gardant le cap. En ne perdant pas de vue ce pour quoi il avait sacrifié son adolescence. Ce pour quoi il avait coupé les ponts, de manière radicale, avec son père, sa mère et ses sœurs. Pour devenir le meilleur joueur de NBA. Surpasser Michael Jordan ou encore Magic Johnson, son idole.

Aujourd’hui, cette histoire est loin derrière lui. Nous gardons de Kobe Bryant l’image d’un grand du basketball. Cette affaire lui aura fait délaisser le sobriquet « Showboat » (frimeur, Fanfaron) pour endosser le redoutable surnom de « Black Mamba ». Sa détermination à ne pas plier et à garder le cap vers ses objectifs aura fait toute la différence. À aucun moment dans sa carrière il n’a dévié de sa trajectoire. Une détermination devenue une habitude qui, en passant, le poussera à mettre son corps à rude épreuve. Refusant à plusieurs reprises d’être soigné correctement.

Kobe Bryant, une course contre le temps

Le temps est un élément aussi beau qu’incontrôlable. Il n’offre pas sans contrepartie. Qui que vous soyez, quel que soit votre rang et quels que soient vos accomplissements, il y a un moment ou le temps vient réclamer sont dû. L’ayant choisi comme fidèle allié, Kobe Bryant a utilisé chaque instant que le temps lui offrait pour se hisser parmi les géants du basketball.

Toutefois, le temps lui accordera une dernière faveur. Il lui concédera un dernier match dans lequel il marquera 61 points s’offrant un nouvel exploit en NBA. C’est avec ce dernier fait d’armes que Bryant confirmera définitivement sa place à la table des « Patrons ».

Son fameux « Mamba out » viendra clôturer une carrière hors du commun. Cette dernière phrase d’adieu lancé au public lors de ce grand final semblera tout autant adressée au temps.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *