Menu Fermer

Qu’est-ce qu’une habitude ?

Qu'est-ce que une habitude ?

Qu’est-ce qu’une habitude ?

La question que je souhaite aborder avec vous dans cet article est la suivante, qu’est-ce qu’une habitude ? Vous êtes vous déjà posé cette question ? Probablement, mais vous êtes vous réellement demandé ce que c’était ou supposez vous savoir ce que c’est ?

Tout d’abord, si vous êtes comme moi et comme la grande majorité des gens, vous répondrez certainement qu’une habitude « c’est quelque chose que l’on fait tout le temps, chaque jour ».
D’un certain point de vue cette réponse est exact. Mais si l’on creuse un peu, nous sommes dans le faux, vous comme moi.
En psychologie, il est plus communément admis qu’une « habitude » en est une lorsqu’une action est effectuée automatiquement sans réflexion de notre part. Notre façon d’agir au quotidien répond à des mécanismes que notre cerveau a mis en place pour, tenez-vous bien, effectuer le MOINS d’effort possible.

Aujourd’hui, se rendre d’un point A à un point B, en voiture, semble être un jeu d’enfants. Mais vous souvenez-vous de vos premières fois derrière un volant ? Quand il vous fallait mettre en mouvement le véhicule ? Tout d’abord, cela impliquait une fois les rétroviseurs réglés et le siège à la bonne hauteur de :

  • Placer votre pied droit sur la pédale de frein et votre pied gauche sur la pédale d’embrayage
  • D’insérer et tourner la clé de contact tout en appuyant jusqu’au fond les pédales
  • Mettre le levier de la boîte de vitesse sur le premier rapport
  • Retirer le frein à main
  • Relever la pédale d’embrayage tout en déplaçant et en appuyant sur la pédale d’accélérateur avec le pied droit pour trouver le point de friction
  • Manipuler le volant pour sortir de la place de stationnement tout en faisant attention à la circulation.

Pour plus d’efficacité

Si cela semble si facile désormais, c’est qu’à la seconde ou vous vous êtes installé à la place du conducteur la toute première fois, votre cerveau s’est mis à tourner à plein régime pour analyser et enregistrer toutes ces étapes.
À force de les répéter, le cerveau cherche à se mettre en veille en créant une habitude et laisse l’un de ses nombreux systèmes, le soin de prendre les commandes.
Chaque fois que vous avez l’intention de prendre la route, le système se charge d’aller rechercher les informations relatives à cette action.

Le cerveau n’est bien sur pas un fainéant. Son besoin de transformer la moindre tâche répétitive du quotidien en habitude, viens du fait qu’il veut avant tout se préserver et garder toute son efficacité. Imaginez devoir réfléchir pour mettre un pied devant l’autre lorsque vous marchez, ce serait assez problématique non ?
Maintenant, prenez quelques secondes et observez autour de vous ce qui vous entoure. Chaque objet créé par l’homme, de votre smartphone à vos chaussures en passant par le siège sur lequel vous êtes assis, n’aurait pu exister sans un cerveau efficace.

Un signal comme déclencheur

Bien que notre cerveau se charge de former nos habitudes, il est intéressant de noter que l’action à l’origine de tout découle d’un choix que l’on fait de manière consciente à un moment de sa vie. La répétition de cette action indiquera au cerveau qu’il faut l’automatiser, ce qui donnera lieu à une « boucle d’habitude ».
Tout comme tourner la clé de contact déclenche l’allumage du moteur de votre voiture, votre cerveau aura besoin d’un élément déclencheur, d’un signal, pour la mise en route ce cette boucle.

Ce signal peut prendre plusieurs formes et diffère selon la situation dans laquelle vous vous trouvez. Il doit animer chez vous le besoin d’effectuer une tâche, d’utiliser un objet, de manger une friandise que vous affectionnez ou encore de fumer la dernière cigarette de la journée. Pour résumer, c’est un simple déclic, son rôle sera de dire au cerveau « il y’a une routine à lancer, passe en mode automatique ».

Une action qui se transforme en routine

Imaginons qu’au réveil vous décidez d’effectuer la toute première action de votre journée, en faisant une série de 10 pompes. Au bout d’un certain temps, nous pouvons la qualifier de routine. Elle peut tout aussi bien être émotionnelle que physique. Nous pouvons voir la routine comme une mission, une quête ultime vers une récompense dont le seul but est de satisfaire un besoin.

Une récompense à la clé

Quel plaisir éprouvent les consommateurs de tabac à chaque cigarette fumée ? Que ressent un enfant après avoir mis dans la bouche cette sucrerie qu’il convoitait tant ? Quelle sensation la fraîcheur d’une gorgée d’eau fraîche nous procure-t-elle en temps de canicule ? Dans ces trois cas, une grande satisfaction n’est-ce pas ? Il s’agit de récompenses, des prix que l’on reçoit chaque fois qu’une routine est accomplie. La plupart du temps elles se manifestent sous forme de sentiment. Le sentiment d’accomplissement lorsqu’on termine une bonne séance de sport ou le sentiment de relaxation durant la lecture d’un bon livre. La récompense représente, avec le signal et la routine, la dernière étape d’une boucle d’habitude. Elle permet au cerveau de savoir si cette boucle mérite d’être répétée à l’avenir.

La boucle de l’habitude

Reprenons l’exemple des pompes entamées au réveil, nous pouvons visualiser notre boucle de l’habitude de la manière suivante :

  1. Le signal représente le réveil qui sonne le matin
  2. La routine, elle, est la pratique des pompes
  3. La récompense pourrait être, la satisfaction d’avoir accompli au moins un exercice physique quotidien. Ainsi s’éviter la frustration d’avoir loupé une séance de sport en raison d’un imprévu ou par manque de motivation.

Nous apprenons toujours de quelqu’un

En lisant « Le pouvoir des habitudes » de Charles Duhigg, j’ai pu mieux comprendre les habitudes. Aidé d’une pléiade d’études universitaires, d’entretiens avec des scientifiques et recherches effectuées par différentes sociétés, il nous fournit les notions fondamentales de la science cachée derrière chacune de nos habitudes. Autant de ressources qui en ont fait un best-seller.

En conclusion, je vous remercie d’avoir pris le temps de lire cet article. J’espère qu’il vous aura permis de mieux comprendre la notion d’habitude. S’il vous a plu, n’hésitez pas à laisser un commentaire et à le partager autour de vous.
Je n’ai fait qu’aborder une partie de ce que l’auteur partage. Vous trouverez donc souvent des références qui s’y rapportent au travers de mes prochaines publications.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 4
    Partages

2 Comments

  1. Carine David

    Cet article tombe à pic, je me lance dans un défi de 66 jours pour méditer, et j’avoue que je commence à regretter parce que je l’ai annoncé publiquement, sauf que l’engouement à dépasser mes espérances (on lieu d’être deux ma copine et moi) on est 20 donc 18 inconnus. Et pour corsé l’affaire j’ai proposé de faire 1 article par jour pendant 66 jours (j’adore me compliqué la vie) ! bref merci pour ce bel article je le relierais si j’ai une baisse de régime.
    Si ça t’intéresse le défi méditation hésite pas à me rejoindre https://www.facebook.com/events/1803234889804747/

    • Habitudes de réussite

      Salut Carine, merci pour ton commentaire. En effet c’est pas évident de gérer les baisses de régimes, l’astuce que j’ai partagé avec les 10 pompes est aussi valable dans ce cas. Je démarres toujours mes journées par faire quelque chose qui demande de la motivation comme ça c’est réglé. Courage pour ton défi méditation ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *