Menu Fermer

Comment se crée une nouvelle habitude

Comment se crée une nouvelle habitude.

Comment se crée une nouvelle habitude

Si vous lisez ces lignes, c’est sûrement que la curiosité de savoir comment créer une nouvelle habitude est trop grande, je me trompe ?

Avant d’aller plus loin, j’aimerais que vous preniez le temps d’aller lire l’article précédent « qu’est-ce que une habitude ? ». Il résume ce que vous avez besoin de savoir sur les habitudes et comment elles se créent.
Cet article, comme le précèdent, constituent les bases, celles par lesquelles il faut commencer afin d’entamer le chemin du changement de manière sereine.

Je suis un expert lorsqu’il s’agit de tout faire dans le désordre, c’est une perte de temps incroyable et une grande source de démotivation. Alors s’il vous plaît, ne faites pas comme moi 😉.

Nous avons vu que le besoin est ce qui alimente nos habitudes. Je parle bien sûr du besoin qu’a le cerveau de s’épargner des efforts, mais pas seulement. Celui dont je parle est relatif au désir ou au manque.
Je vais vous parler d’une expérience découverte dans le livre « le pouvoir d’habitudes ». Elle dévoile comment une nouvelle habitude peut être acquise. Cette expérience menée par un groupe de scientifiques dont Wolfram Schultz, alors professeur de neuroscience à l’université de Cambridge, est remarquable.

L’impact d’une récompense

Alors qu’ils étudient le fonctionnement cérébral des singes lors de recherches débutées dans les années 1980, Schultz remarque un fait intéressant. Parmi ceux étudié, certains, affectionne le jus de raisin. Il voit dans ce détail la « récompense » qui lui servira lors de ses tests. L’avancée technologique lui permet, des années plus tard, d’observer l’activité neuronale de Julio, un macaque de quatre kilos.
Une fine électrode implantée dans le cerveau, le singe est un jour installé sur une chaise face à un écran d’ordinateur. Schultz fait alors diffuser des formes colorées à l’écran telles que des zigzags rouges ou des spirales jaunes. Lors de cette diffusion, le travail de Julio consiste à tirer sur une poignée lorsque certains de ces symboles apparaissent. À chaque bonne réponse, une gorgée de jus de mûre lui est administrée à travers un tube suspendu au plafond. Après un certain temps, le singe comprend que les formes sont le « signal » d’une action « tirer sur la corde » qui, activé au bon moment donne accès à une récompense « le jus de mûre ».
Ces termes vous rappellent quelque chose ? Oui, il s’agit bien d’une boucle de l’habitude 🙂.

J’ai reçu une récompense

Schultz, attentif, voit sur son écran de mesure un pic d’activité dès que la récompense est délivrée. Le pic que génère l’activité cérébrale de Julio suggère qu’il est content. L’expérience répétée un nombre incalculable de fois, le comportement du macaque se transforme petit à petit en habitude. Nous pouvons interpréter ce pic comme étant le message « j’ai reçu une récompense ».
Avec le temps, l’habitude s’impose de plus en plus à Julio. Fait intéressant, les capteurs implantés dans son cerveau semblent montrer un changement pour le moins étonnant. Ceux-ci détectent l’apparition de notre message  avant que la poignée n’ait été tirée. Le cerveau du sujet commence à anticiper l’arrivée de jus de mûre. Les formes à l’écran sont non seulement un « signal », pour tiré la poignée, mais aussi le déclencheur d’une réaction de plaisir dans le cerveau de Julio au point qu’il finit par attendre sa récompense à l’apparition des spirales jaunes et les zigzags rouges.

Une sensation de besoin

Face à ces résultats, Wolfram Schultz modifie quelque peu son expérience. Il est maintenant question d’observer ce qu’il se passe lorsque la récompense n’est pas donnée. Durant les séances qui suivent, il ne fait pas couler de jus à l’activation de la poignée. Parfois il le fait arriver avec un peu de retard ou y ajoute de l’eau pour rendre moins sucré. Je vous laisse imaginer la réaction du singe après cela.
Ayant pris l’habitude de recevoir sa récompense et l’ayant anticipée, voilà que cela ne marche plus. La frustration est tel que Julio se montre soudainement plus agité ou colérique dés que cela survient.

Le professeur découvre qu’à présent un nouveau schéma vient d’apparaître : le besoin.
Ce schéma neurologique lié au désir et à la frustration prend place dans le cerveau. Le plaisir anticipé à la vue du signal devient un couteau à double tranchant. Du moment que Julio reçoit sa gorgée, aucun problème, il est satisfait. Mais si rien n’arrive, son plaisir se mue en un besoin si fort qu’il le pousse à la colère ou à la dépression. La boucle de l’habitude se déclenche quand la sensation de besoin se fait ressentir.

Le pouvoir d’une habitude

Dans différents laboratoires, des scientifiques ont mené ce genre d’expérience sur des singes et le même comportement était distinguable. Ils prenaient un groupe à qui ils donnaient la même récompense qu’a Julio et un autre à qui rien n’était donné. Ils tentaient ensuite de les distraire en ouvrant la porte du laboratoire et en mettant de la nourriture dans un coin pour que les singes puissent manger s’ils abandonnaient l’expérience.
Devinez quel groupe ne se laissait pas distraire.

Le groupe avec la récompense, oui ! ceux qui n’avaient rien reçu s’en allaient sans se faire prier. Quant aux autres, ceux qui avaient contracté une habitude et par la même occasion un besoin dû à l’anticipation du plaisir restaient sur place sans broncher. Les yeux rivés sur l’écran. On peut comparer ce comportement à celui d’un joueur qui, après avoir perdu ses gains au casino, continue quand même de miser ses jetons.

En conclusion

J’ai fait un résumé non exhaustif de l’expérience. Pour ceux que cela intéresserait, j’ai mis quelques liens vers certain articles qui ont permis entre autres à Charles Duhigg de la reconstituer.
Nous pouvons nous faire une idée de la façon dont une nouvelle habitude est créée.
Dans ce chapitre, Charles Duhigg, partage cette expérience pour expliquer comment certaines sociétés comme Procter & Gamble travaillent à nous créer de nouvelles habitudes de consommation. Comment certaines chaînes de restauration comme Cinnabon s’installent loin des autres enseignes pour que l’odeur de leurs pâtisseries déclenche chez nous l’envie irrésistible puis le besoin d’en manger alors que leur enseigne n’est pas à porter de vue .

Pensez-y la prochaine fois que l’enseigne de McDonald’s vous attire ou que l’odeur des burgers, des frites ou des nuggets vous titille les narines. Je ne vais pas vous cacher qu’à une certaine période, je me faisais avoir très facilement par ces signaux. Aujourd’hui je vis loin des grandes villes et l’accès au McDonald le plus proche me force à prendre la voiture. Je résiste donc beaucoup plus facilement à la tentation.

Merci d’avoir pris le temps de lire cet article, j’espère qu’il vous aura permis de comprendre les rouages derrière les nouvelles habitudes acquises à votre insu. S’il vous a plu, n’hésitez pas à laisser un commentaire et à le partager autour de vous. Dites moi également en commentaire les situations où il vous arrive de ressentir cette sensation de besoin.

Quelques liens

https://pdfs.semanticscholar.org/a3dd/b07a0f83976ae5ae5a25938f383bb0a4fabd.pdf

http://www.gatsby.ucl.ac.uk/~dayan/papers/sdm97.pdf

https://www.cin.ucsf.edu/~houde/sensorimotor_jc/WSchultz93a.pdf

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *